Document sans titre

Tank Mk.V

 

vue de coupe d'un tank Mk.V

Successeur direct du Tank Mk.IV par sa silhouette, le Tank Mk.V présente en réalité de nombreuses améliorations. Si le tank Mk.V devait être un char totalement nouveau, il s'avéra plus simple de moderniser une fois de plus le tank de la série précédente. Extérieurement le Mk.V restait dans la droite ligné de ses prédécesseurs, avec quelques améliorations supplémentaire issue de l'expérience au combat. Tel le l'installation d'un poste de mitrailleur à l'arrière, l'allongement du train de roulement pour aider au franchissement des tranchés. Une cabine supplémentaire en haut au milieu du tank par lequel l'équipage pouvait communiquer avec un sémaphore, tout en restant à l'abri à l'intérieur.

A l'intérieur, la nouveauté est enfin là. Contrairement à son prédécesseur le Mk.V, bénéficie de nouveaux moteurs (Ricardo de 150 ch) avec des boîtes de vitesse améliorés permettant à un seul homme de commander la bête.  Si l’'équipage est quant à lui toujours composé de huit hommes, la conduite par un seul homme permet d’avoir un nouveau mitrailleur à disposition.
Mis en service en 1918, la production s’élèvera à 800 exemplaires (400 males et 400 femelles)
Les opérations commenceront lors de la bataille de Hamel (4 juillet 1918) où 60 tanks, avec l’infanterie australienne, réussirent à percer les lignes allemande.
Apres cette victoire, les tanks Mk.V participeront aux huit grandes offensives alliées de la fin du conflit.
Pour l’année 1919, de grandes offensives sont également en vue, et de nombreuses unités sont entrainées en Angleterre. Si certaines ont le temps d’être déployer à la fin de la guerre, bon nombre n’auront pas le temps. Ainsi le 301é bataillon de chars lourds américains n’aura le temps que de participer qu’à trois actions sur le secteur britannique avant la signature de l’Armistice de novembre 1918. Quant aux autres unités elles  seront démobilisées.  Mais les Tanks ne sont pas mis pour autant à la retraite, ainsi une soixantaine est envoyer en Russie et débarque avec le contingent britannique à Arkhangelsk pour combattre contre les bolcheviks.

 

menu tanks anglais